Vaccination antigrippale et antipneumococcique

Site: SSPF Formations
Cours: ELEARNING Vaccination antigrippale et antipneumococique
Livre: Vaccination antigrippale et antipneumococcique
Imprimé par: Guest user
Date: samedi 2 mars 2024, 15:03

1. La grippe

Physiopathologie

Faites défilez les dias ci-dessous. Pour mettre en plein écran, cliquez sur la double flèche en bas à droite.



1.1. Le vaccin et sa composition

Le but premier du vaccin contre la grippe est de diminuer le taux de mortalité et de morbidité liés à la grippe; en outre, il permet de diminuer le nombre d'hospitalisations et le coût engendré par les complications et les interruptions temporaires du travail.

Il est important de rappeler cet objectif aux patients ! 

 

La composition du vaccin

Sur base des données épidémiologiques, l’OMS définit les recommandations annuelles en sélectionnant les souches les plus virulentes qui devraient circuler 6 à 9 mois plus tard.

En Belgique, 4 vaccins tétravalents seront disponibles pour la saison 2023-2024 :

  • 3 vaccins à "dose standard" (15 µg d'antigène par souche grippale) : Alpharix-Tetra®, Vaxigrip Tetra®, Influvac Tetra® ; indiqués à partir de l'âge de 6 mois (RCP) ;
  • 1 vaccin "hautement dosé" (60 µg d'antigène par souche grippale) : Efluelda® ; indiqué pour les personnes de 60 ans et plus (RCP).

Ce sont tous des vaccins injectables inactivés.  Ils sont de préférence administrés par voie intramusculaire.  Efluelda® peut éventuellement être administré par voie sous-cutanée.  Pour Influvac Tetra® et Vaxigrip Tetra®, l'administration par voie sous-cutanée est à envisager chez les patients avec une tendance accrue aux saignements (p.ex. hémophilie ou traitement par anticoagulants). (source CBIP)

Leur composition reprend 2 composantes du virus de l’influenza A et 2 composantes du virus de l’influenza B :

    • Souche A/Victoria/4897/2022 (H1N1)pdm09 ou une souche apparentée
    • Souche A/Darwin/9/2021 (H3N2) ou une souche apparentée
    • Souche B/Austria/1359417/2021 (lignée B/Victoria) ou une souche apparentée (appelée "lignée B-Victoria")
    • Souche B/Pukhet/3073/2013 (lignée B/Yamagata) ou une souche apparentée (appelée "lignée B-Yamagata")

 Ils doivent être conservés au frigo, entre +2°C et +8°C.  Pour info, validité des vaccins hors frigo : Alpharix-Tetra® 72h (source AFPHB), Vaxigrip Tetra® 48h (source HUG), Influvac Tetra® 24h (source AFPHB).

 


1.2. Efficacité du vaccin

Le vaccin contre la grippe est-il efficace ? 

Le vaccin antigrippal est le meilleur moyen à notre disposition pour prévenir la grippe et réduire le risque de complications graves, d'hospitalisations, voire de décès.

Son efficacité est liée :

  • d’une part à l'état de santé, à l’immunocompétence du vacciné. Celle-ci diminue avec l’âge, ce qui explique la moindre protection obtenue chez les personnes les plus âgées ;
  • d’autre part au degré de concordance entre les virus vaccinaux et les virus circulants.  L'efficacité peut donc varier d'une année à l'autre, et est estimée entre 22 et 62% selon ce degré de concordance.  La virulence des virus circulants est également à prendre en compte.

Il reste essentiel d'appliquer en toutes circonstances et correctement les mesures de précautions de base : 

  • se laver régulièrement les mains, en particulier après avoir éternué, toussé, été en contact avec une personne malade ou si utilisé les transports en commun ;
  • éternuer dans des mouchoirs en papier jetables ou dans le creux du coude ;
  • utiliser des mouchoirs en papier jetables pour tousser, expectorer ou se moucher ;
  • garder ses distances et envisager de porter un masque buccal en cas de maladie.

Ces mesures sont essentielles pour limiter la propagation de l'infection.

La vaccination contre la grippe confère une protection partielle contre le risque d'infection grippale. L'impact sur la morbidité et la mortalité n'est pas clair (mais il est probablement limité). Malgré les limites des vaccins antigrippaux, la vaccination contre la grippe est recommandée chez les personnes à risque élevé de complications. Dans beaucoup d’autres groupes, p.ex. chez les personnes en bonne santé entre 50 et 65 ans ou les personnes obèses, la place de la vaccination contre la grippe n'est pas claire. Le profil d’innocuité des vaccins antigrippaux est favorable (www.cbip.be)

 

Pour cette saison 2023-2024, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) ne marque pas de préférence pour un vaccin en particulier.  Au sujet du vaccin "hautement dosé" Efluelda®, l'avis de CSS n° 9767 de juin 2023 mentionne : 

" De l'étude de Gravenstein et al, apparaît seulement une diminution des hospitalisations dues à des maladies respiratoires dans les institutions où les résidents avaient reçu une dose élevée de vaccin antigrippal par rapport à celles qui avaient bénéficié d'une dose standard, bien que la différence soit à la limite de la signification statistique selon que l'on considère les données ajustées ou non-ajustées.  Dans ce contexte, les vaccins à haut dosage pourraient apporter non seulement une meilleure immunogénicité amis aussi une meilleure protection clinique chez des personnes de plus de 65 ans (tout particulièrement celles résidant en établissements de soins, en collectivités (Gravenstein et al, 2017).  Cependant, l'interprétation conflictuelle des données disponibles ainsi que le nombre limité d'études ne permet pas d'attribuer une recommandation préférentielle au vaccin Efluelda® au stade actuel (ECDC 2020)."

 


1.3. Le bon moment

Quand vacciner ? 

La vaccination annuelle contre la grippe est nécessaire en raison :

  • de la dérive antigénique des virus grippaux A et B, ce qui nécessite un ajustement périodique du vaccin (cfr point 1.1)
  • de la réduction de la protection induite par le vaccin au fil du temps (+/- 6 à 12 mois chez les répondants)
  • de la réaction immunitaire plutôt faible des personnes appartenant aux groupes à risque.
(source : Grippe - Efficacité de la vaccination annuelle répétée, publié 03/12/18)

La vaccination contre la grippe saisonnière assure une protection dans un délai de 10 à 15 jours après l'injection.

Traditionnellement, les campagnes de vaccination contre la grippe saisonnière démarraient en septembre. Néanmoins, depuis 2019, le CSS recommande d’effectuer la vaccination entre la mi-octobre et la mi-décembre (communiqué de presse du 27/09/19 et avis CSS 9531 relatif à la saison grippale 2019-2020), tenant compte du délai d'action des vaccins tétravalents (voir ci-dessus) et du fait que l’exposition épidémique au virus de la grippe dure en moyenne de 6 à 12 semaines et débute généralement entre fin décembre et début janvier.

Tant que le pic d’incidence n’a pas été atteint, il est toujours utile de se faire vacciner contre la grippe. Passé ce moment, l’opportunité de la vaccination doit être considérée au cas par cas par le médecin.

La campagne de vaccination 2023-2024 contre la grippe débutera le 15 octobre


En même temps que la vaccination contre la Covid-19 ?

Le CSS recommande une nouvelle dose de vaccin à ARNm chez les personnes à haut risque de COVID-19 grave.  Un intervalle minimum de 6 mois est recommandé entre la nouvelle dose de rappel et le rappel précédent du vaccin COVID-19.

Les vaccinations contre Covid-19 et la grippe saisonnière sont de manière privilégiée proposées ensemble pour des raisons opérationnelles (OMS 2022, ECDC 2023).  Des études montrent que cette vaccination simultanée est sûre et efficace.

Le CSS recommande de les administrer simultanément en octobre.  Il suggère d'administrer le vaccin antigrippal dans le bras gauche (Grippe - Gauche) et le vaccin anti-COVID-19 dans le bras droit (CoviD - Droit), afin de surveiller au mieux les réactions locales. 

Si les vaccins ne sont pas (ou ne peuvent pas) être administrés simultanément, il est recommandé d'administrer de préférence le vaccin anti-COVID-19 entre septembre et octobre, et le vaccin contre la grippe à partir de la mi-octobre.

(voir avis CSS n°9767 et n°9766 juin 2023 et Folia août 2023)

La campagne de vaccination 2023-2024 contre la Covid-19 débutera en septembre voir site APB.

Pour en savoir plus, voir Folia août 2023 : "Covid-19 : automne-hiver 2023-2024" et Folia septembre 2023 : "Campagne de vaccination automnale contre le Covid-19 : aspects pratiques et liens utiles"



1.4. Les groupes à risque

Groupes cibles

Ils sont déterminés par le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) chaque année. Pour la saison 2023-2024, quelques modifications par rapport à l'hiver 2022-2023 (modifications soulignées).  Les groupes à vacciner en priorité sont classés en 3 catégories (voir avis CSS n°9767, juin 2023 et Folia septembre 2023) :

  • Groupe 1 : les patients à risque de complications
    • Toutes les femmes enceintes, quel que soit le stade de la grossesse
    • Toute personne à partir de l'âge de 6 mois qui présente une affection chronique sous-jacente, même stabilisée, d’origine pulmonaire (incluant l’asthme sévère), cardiaque (excepté l’hypertension), hépatique, rénale, métabolique (incluant le diabète), neuromusculaire ou des troubles immunitaires (naturels ou induits) et toute personne avec un indice de masse corporelle (BMI) ≥ 40
    • Toute personne âgée de 65 ans et plus
    • Les personnes séjournant en institution
    • Les enfants de 6 mois à 18 ans compris sous thérapie à l’aspirine au long cours


 

  •  Groupe 3 : les personnes vivant sous le même toit (stratégie de vaccination "cocoon") que :
    • des personnes à risque du groupe 1 
    • des enfants de moins de 6 mois sans facteurs de risque dont les mères n'ont pas été vaccinées contre la grippe pendant la grossesse.


Pour les personnes âgées de 50 à 65 ans, en dehors des groupes mentionnés ci-dessus, une proposition de vaccination est faite sur une base individuelle.  Une attention particulière doit être portée aux personnes en surcharge pondérale (IMC ≥ 25), qui fument et/ou consomment de l’alcool de façon excessive.  A discuter avec le médecin généraliste.

Le CSS fait référence à quelques études montrant que les personnes qui consomment de l'alcool de manière excessive, qui fument ou qui sont obèses (IMC > 30) ont un risque )plus élevé de développer la grippe (et de présenter des complications liées à la grippe).

Le CSS ne recommande pas la vaccination systématique des adultes en bonne santé âgés de 18 à 65 ans, en raison de l'absence de bénéfice en termes d'hospitalisation notamment.


Vacciner les femmes enceintes ? 

La vaccination contre la grippe est recommandée à toutes les femmes enceintes, quel que soit le stade de la grossesse.  

En raison de changements dans leur système immunitaire, de la charge de travail accrue pour le cœur et de la diminution de la capacité respiratoire, elles courent un risque plus grand de complications, d'hospitalisations et même de décès.  Ce risque est élevé tant pendant la grossesse que pendant les deux semaines suivant la naissance.  Des fausses couches, des accouchements avant terme et des retards de croissance intra-utérins ont également été constatés.

La vaccination pendant la grossesse protège le bébé contre la maladie quelque temps encore après la naissance. Les vaccins inactivés utilisés en Belgique pour protéger les femmes enceintes contre la grippe  sont sûrs pendant la grossesse et employés depuis de nombreuses années.

(sources : vaccination-info.be, "Vaccin contre la grippe et femmes enceintes" - Hôpitaux Universitaires de Genève)



Les objectifs :

  • protéger la femme enceinte à une période de diminution de son immunité
  • protéger le fœtus des suites d’une grippe contractée par la femme enceinte
  • protéger les nourrissons par les anticorps maternels jusqu’à 4 à 6 mois après la naissance

La vaccination doit avoir lieu au moins 15 jours avant l'accouchement pour assurer la protection du nouveau-né.


Vaccination contre la grippe chez les enfants à risque

  • Sur base des données de sécurité des vaccins, le CSS recommande d’administrer la dose entière de 0,5ml du vaccin pour tous les enfants, quel que soit l'âge, càd en incluant les nourrissons âgés de 6 à 36 mois.  La dose de 0,5ml est accompagnée d’une meilleure immunogénicité sans entraîner plus d’effets secondaires.
  • Les enfants âgés de moins de 9 ans qui sont vaccinés pour la 1ère fois nécessitent une seconde dose de vaccin avec un intervalle minimum de 4 semaines.
A partir de quel âge le vaccin antigrippal peut-il être administré ?
La vaccination n’est pas recommandée chez les enfants de moins de 6 mois en raison de la faible réponse immunitaire.
Seuls les 3 vaccins à "dose standard" disponibles pour la saison hivernale 2023-2024 (α-RIX- Tetra®, Vaxigrip Tetra® et Influvac Tetra®) sont enregistrés pour les enfants.  Ils peuvent être utilisés à partir de l'âge de 6 mois.


1.5. Effets indésirables

  • Douleur, œdème, rougeur, induration au site d'injection
    • généralement de faible intensité, et n’interférant pas avec les activités quotidiennes, d’une durée inférieure à 48h
    • selon les études, elles apparaissent dans 15 à 20% des cas, jusqu’à 65 % (dans certaines études).
  • Réactions allergiques telles qu'urticaire, rash
  • Fièvre de courte durée (6-12h), myalgie, arthralgie, céphalées.  
    • selon les études, elles apparaissent dans < 15% des cas, survenant le plus souvent chez les jeunes enfants ou lors d’une première vaccination.

Avec le vaccin "hautement dosé", les réactions locales et systémiques (douleurs musculaires, malaise, céphalées) sont un peu plus fréquentes qu'avec les vaccins à "dose standard". (source CBIP)



1.6. Contre-indications

 

  • Contre-indications : 
Seul un antécédent de réaction anaphylactique lors de l'administration du vaccin ou à l'un des composants du vaccin constitue une contre-indication à la vaccination (www.cbip.be).

Allergie aux oeufs et vaccination :
Les vaccins préparés à partir de virus cultivés sur des cellules d'œufs de poulet embryonnés peuvent contenir des protéines d'œuf de poulet.  Les personnes allergiques aux œufs peuvent quand même être vaccinées de manière sûre par ces vaccins étant donné les très faibles quantités de protéines présentes dans les vaccins; chez les personnes ayant déjà présenté des réactions évidentes aux œufs dans le passé, il est toutefois recommandé d'effectuer la vaccination en milieu hospitalier (www.cbip.be).

 

  • Précautions particulières : vaccination à différer si maladie aiguë ou épisode fébrile (> 38,5°C), même s'il n'est pas prouvé qu'il existe un risque supplémentaire ou une diminution de l'efficacité.

 

  • Ne sont pas des contre-indications : l’épilepsie, le suivi d’un traitement anticoagulant-antiagrégant, l’immunodépression, …

1.7. Les réticences des patients

Ecoutons le Dr Momin nous parler des réticences des patients face à la vaccination.


N'hésitez pas à consulter la page du site web de l'APB consacré à ce sujet : 

https://www.apb.be/fr/my/Medicaments-et-soins-pharmaceutiques/Pharmacotherapie-et-pathologies/Documentation-par-pathologie/Infections-Immunisation/Pages/Soutenir-la-vaccination-rassurer-les-patients.aspx


Exercice Vrai/ Faux

Pour chaque proposition ou citation, dites si elle est vraie ou fausse.  Cliquez ensuite sur "Vérifier" pour voir la bonne réponse.


1.8. Les modalités de prescription et de remboursement

Prescription

Le vaccin contre la grippe est délivré sous présentation d'une prescription médicale, mais également d'une prescription par le pharmacien.  Le droit de prescription des pharmaciens pour les vaccins contre la grippe (ordonnance avec médecin fictif), mis en place dans le cadre de la saison grippale 2021-2022, a effectivement été prolongé, et ce pour une durée indéterminée.
 
Si le médecin indique sur l’ordonnance “vaccin antigrippal” au lieu d’un nom de spécialité, le pharmacien peut délivrer un des vaccins à dose standard (Alpharix-Tetra®, Vaxigrip Tetra®, Influvac Tetra®) ; ceci n’est pas le cas pour le vaccin hautement dosé (Efluelda®).
 
 

Remboursement

Les vaccins à dose standard sont remboursés pour tous les groupes cibles de la vaccination tels que définis par le Conseil Supérieur de la Santé (catégories A, B et C : voir rubrique 1.4 Les groupes à risque).

Pour ces vaccins à dose standard, le médecin/la sage-femme doit mentionner « Tiers payant applicable » sur l'ordonnance.  Pour les prescriptions du pharmacien, le tiers payant est appliqué pour ces mêmes groupes à risque via l'encodage dans le DPP d'une ordonnance avec un médecin fictif (n° INAMI 1-00001-06-999).

Actuellement (situation au 26/10/23), le vaccin à haute dose n'est remboursé que « pour les personnes de 65 ans et plus séjournant dans un établissement de soins résidentiels (par exemple des maisons de repos et de soins, maisons de convalescence, centre de court-séjour, centre d'accueil de jour et de soins de jour, résidence-services) ou séjournant dans une autre forme d'institution ».  Le remboursement est accordé pour un conditionnement par nouvelle saison grippale.  Au 01/12/23, il sera remboursé aussi sur prescription médicale et attestation pour les patients de > 75 ans séjournant à domicile.


1.9. Les modalités d'administration

Conservation

Les vaccins contre la grippe sont des suspensions injectables présentées dans des seringues préremplies à usage unique.  Ils doivent être conservés entre 2°C et 8°C, jusqu'à la date de péremption indiquée sur l'emballage, dans l'emballage original et à l'abri de la lumière.  Ils ne peuvent pas être congelés (source : notices, RCP).

Matériel nécessaire

  • Vaccin
  • Gel ou solution hydroalcoolique
  • Pansement
  • Compresses stériles
  • Conteneur à aiguilles

Administration du vaccin*

Zone d'injection
Chez les enfants de plus de 36 mois et les adultes, le vaccin contre la grippe est administré en intramusculaire (IM), dans le muscle deltoïde, du côté non dominant (du côté gauche* s'il est administré simultanément au vaccin anti-COVID-19). 
Efluelda® peut éventuellement être administré par voie sous-cutanée.  Pour Influvac Tetra® et Vaxigrip Tetra®, l'administration par voie sous-cutanée est à envisager chez les patients avec une tendance accrue aux saignements (p.ex. hémophilie ou traitement par anticoagulants) (source CBIP).
Lorsque la vaccination dans le bras n'est pas possible (tatouage, inflammation, ablation de ganglions, dénutrition), elle est effectuée dans la face antérolatérale de la cuisse (muscle quadriceps).  
Ne pas piquer dans un bras ayant un lymphœdème ou un antécédent de curage axillaire.
Chez les nourrissons et enfants de moins de 36 mois, la vaccination se fait dans la face antérolatérale de la cuisse.
 
Source : www.msss.gouv.qc.ca
On évite désormais l'injection dans la fesse.  En effet, il y a un risque plus important de toucher le nerf sciatique et de ne pas injecter le vaccin en intramusculaire, ce qui diminue l'efficacité du vaccin. (https://www.vaccination-info.be/comment-se-deroule-une-vaccination/).

* Il y a une divergence d'interprétation entre le CSS et la pratique.  La SSPF, après renseignement, a décidé de suivre les recommandations pratiques, c'est à dire : CoviD = bras Droit et Grippe = bras Gauche.  En cas d'ablation de ganglions au niveau d'un bras, par ex. cancer du sein, la vaccination peut se faire comme indiqué ci-dessus dans la cuisse ou dans le bras opposé.  En cas de vaccination combinée covid-grippe, une vaccination dans le même bras est permise.

Pour l'injection
- Amener la vaccin à température ambiante.
- Agiter avant emploi.
- Examiner visuellement avant administration : le liquide est transparent et incolore.  Ne pas utiliser si des particules étrangères sont présentes dans la suspension.
- Il n'est pas nécessaire de désinfecter la peau du patient.  Si elle est pratiquée, c'est principalement pour rassurer les patients.  La peau doit être propre et sèche avant l'injection. Cliquez ici pour davantage d'informations à ce  sujet.
- Pas de test d'aspiration : l'aspiration est déconseillée pour l'administration de produits immunisants, car elle cause de la douleur et est inutile en l'absence de gros vaisseaux sanguins (https://msss.gouv.qc.ca/professionnels/vaccination/piq-administration-des-produits-immunisants/techniques-d-administration/).

Il faut surveiller le patient après l'administration pour guetter les réactions secondaires immédiates :
- 30 minutes pour les personnes qui ont déjà eu une réaction allergique immédiate à un vaccin ou à une injection, une réaction anaphylactique de n'importe quelle cause.
- 15 minutes pour toutes les autres personnes.
 
 
*source utile : "Administrer un vaccin préventif - Procédure-type, marche à suivre et contexte pour les infirmiers" (acn, NVKVV - 2016)

1.10. Conclusion en vidéo

Voici la conclusion de ce point avec le Dr. Van Laethem: 





2. Les infections à pneumocoques

Voyons à présent ce qu'il en est pour les pneumocoques:

  • Streptococcus pneumoniae (le pneumocoque) est une bactérie gram + du genre Streptococcus.  Il est responsable de :
    • pneumonies
    • septicémies
    • méningites
    • sinusites
    • otites moyennes
    • exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives
  • L’incidence de ces infections invasives à pneumocoques (principalement pneumonie avec bactériémie) augmente à partir de l'âge de 50 ans et est considérablement plus élevée chez les personnes de plus de 65 ans (35 à 50 pour 100.000 par an) et chez les patients présentant une pathologie chronique.
  • Le pneumocoque colonise le nasopharynx et sa transmission se fait par voie aérienne.  Il est entouré d’une capsule constituée de nombreux polysaccharides dont la diversité antigénique permet de distinguer 93 types différents (tous ne sont pas virulents).
 

En Belgique, 4 vaccins sont enregistrés (CBIP consulté 01/09/2023) :

    • Prevenar 13® (polysaccharidique conjugué – 13 valences = PCV13) (nourrissons, enfants et adultes)
    • Vaxneuvance® (polysaccharidique conjugué - 15 valences = PCV15) (nourrissons, enfants et adultes)
    • Apexxnar® (polysaccharidique conjugué - 20 valences = PCV20) (adultes 18 ans et +)
    • Pneumovax 23® (polysaccharidique non conjugué – 23 valences = PPV23) (enfants partir de 2 ans et adultes)

 

Le saviez-vous? 

  • Deux tiers de toutes les bactériémies à pneumocoques surviennent chez les personnes âgées de plus de 50 ans.
  • En cas de bactériémie pneumococcique, la mortalité s'élève à 20% chez les personnes de 65 ans, et 40% chez les plus de 85 ans.

  • En Belgique, on estime à 2000 le nombre de décès liés aux pneumocoques (surtout pneumonie) chaque année.


2.1. Les différents types de vaccins antipneumococciques

Les vaccins PCV13 (Prevenar 13®), PCV15 (Vaxneuvance®) et PCV20 (Apexxnar®) contiennent des polysaccharides conjugués à des protéines vectrices. L’avantage de la conjugaison est d’induire l’activation des cellules mémoires.

  • Suite à l'extension d'indication du PCV15, le CSS a publié un avis concernant la vaccination contre le pneumocoque chez les enfants et les adolescents (avis n° 9746, janvier 2023).  Il conclut qu'actuellement le PCV13 et le PCV15 sont des options équivalentes pour la vaccination de base des nourrissons et des enfants contre le pneumocoque.
  • Au 1er juillet 2023, le vaccin conjugué PCV13 (Prevenar 13®) contre le pneumocoque est repris dans le calendrier vaccinal de base des nourrissons (injections à 2 mois, 4 mois et 12 mois).  
  • Des calendriers de vaccination spécifiques sont proposés pour les enfants à risque accru d'infections invasives à pneumocoques : voir avis CSS 9600, 2021.
  • Selon l'avis du CSS n° 9674 d'août 2022, dans les groupes cibles pour la vaccination chez l’adulte, les 4 types de vaccins (PCV et PPV) peuvent être utilisés mais à des moments bien précis (cfr point 2.3 Schéma Vaccinal).
  • L'administration conjointe du PCV13 et du PCV15 avec le vaccin inactivé quadrivalent contre la grippe est possible, sur un site d'injection différent.  L'administration conjointe du PCV20 avec d'autres vaccins est encore à l'étude (avis CSS n°9674, août 2022, "Vaccination antipneumococcique (adultes)").


Le vaccin PPV23 (Pneumovax 23®) contient des polysaccharides non conjugués de 23 sérotypes pneumococciques.

  • La réponse immunitaire est plus faible qu’avec un vaccin conjugué mais est activée pour un plus grand nombre de sérotypes (23 vs 13, 15 ou 20).
  • Non recommandé avant 2 ans car la sécurité et l’efficacité du vaccin n’ont pas été établies et la réponse en anticorps peut être faible.
  • Recommandé chez les personnes des groupes cibles en complément des vaccins PCV selon le schéma décrit plus loin (voir point 2.3).
  • Revaccination PPV23 tous les 5 ans en fonction du groupe cible.
  • Le PPV23 peut être administré en même temps que le vaccin inactivé quadrivalent contre la grippe, sur un site d'injection différent.

Actuellement, il existe peu de données sur la vaccination concomitante Covid-19 et des vaccins autres que celui de la grippe saisonnière.  Toutefois, le CSS estime que la vaccination simultanée avec des vaccins autres que celui de la grippe saisonnière est également possible. (...) Des études sur la vaccination simultanée avec la vaccination antipneumococcique sont en cours (avis CSS n° 9675, octobre 2021, "Co-administration des vaccins contre la Covid-19 avec d'autres vaccins (vaccination simultanée").




2.2. Groupes cibles de la vaccination et remboursement

La vaccination contre les pneumocoques est recommandée dans les groupes suivants (avis CSS n°9674, août 2022, www.cbip.be) :

ADULTES

  • les adultes à risque accru d'infection pneumococcique (16 à 85 ans) : patients immunodéprimés, patients présentant une asplénie anatomique ou fonctionnelle, une drépanocytose ou une hémoglobinopathie, une fuite de liquide céphalo-rachidien, ou porteurs d'un implant cochléaire ;
  • les adultes avec co-morbidité (50 à 85 ans) : affection chronique cardiaque, pulmonaire, rénale ou hépatique, abus d’alcool, tabagisme, diabète, maladies neurolomusculaires chroniques à risque de pneumopathie par fausse déglutition ;
  • les adultes en bonne santé âgés de 65 ans à 85 ans.

Au-delà de 85 ans, la vaccination antipneumococcique peut être envisagée sur une base individuelle (manque de données d'efficacité).

Remboursement : en date du 01/09/23, seul le vaccin Apexxnar® est remboursé sur mention "Tiers payant applicable" sur l'ordonnance, dans certaines conditions :

- s'il est prescrit chez des adultes qui n'ont pas encore été vaccinés auparavant contre les pneumocoques ou qui ont été vaccinés uniquement avec le PPV23 (Pneumovax) il y a plus de 5 ans

- et au moment de l'administration sont âgés entre 65 et 80 ans, présentant un risque accru d'infections à pneumocoques et une ou plusieurs comorbidités (souffrance cardiaque chronique avec classe NYHA II-IV, maladie pulmonaire chronique (asthme, BPCO, fibrose pulmonaire, maladie pulmonaire interstitielle, maladie pulmonaire restrictive, effets d'une embolie pulmonaire, mucoviscidose), fumeurs actifs, souffrance hépatique ou rénale chronique, maladies neurologiques ou neuromusculaires chroniques à risque d'aspiration élevé, diabète).

ENFANTS

  • la vaccination contre le pneumocoque fait partie du calendrier vaccinal de base.
  • des calendriers spécifiques sont proposés pour les enfants à risque accru d'infections invasives à pneumocoques (voir CSS n° 9600, 2021).
Remboursement : en date du 01/09/23, seul le Prevenar 13® est remboursé via la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans le cadre du calendrier vaccinal de base.


2.3. Effets indésirables, précautions et contre-indications

Effets indésirables
Les effets indésirables majeurs de la vaccination contre le pneumocoque sont :
  • érythème, induration et douleur au site d'injection ;
  • fièvre, douleurs musculaires ou articulaires ;
  • somnolence, sommeil de mauvaise qualité (vaccins conjugués).
Précautions

La revaccination avec le PPV23, après une administration antérieure de PPV23, ne peut être effectuée qu'au plus tôt après 3 ans, afin de limiter le risque de réactions locales et systémiques (source : CBIP).

La vaccination est à différer si maladie aiguë ou épisode fébrile (> 38,5°C), même s'il n'est pas prouvé qu'il existe un risque supplémentaire ou une diminution de l'efficacité.

Contre-indications
Seul un antécédent de réaction anaphylactique lors de l'administration du vaccin ou à l'un des composants du vaccin constitue une contre-indication à la vaccination (www.cbip.be).

Ne sont pas des contre-indications : l’épilepsie, le suivi d’un traitement anticoagulant-antiagrégant, l’immunodépression, …

2.4. Le schéma vaccinal

Le schéma vaccinal dépendra de l’âge du patient et combinera les différents types de vaccins pour allier leurs différents avantages.

Sources : www.cbip.be - Avis CSS n° 9674 août 2022

Chez l'adulte (voir groupes cibles au point 2.2) :

  • Primovaccination
    • Schéma préférentiel dans tous les groupes cibles : 1 dose de PCV20.
    • Schéma alternatif : 1 dose de PCV15 suivie d'une dose de PPV23 à un intervalle de
      • au moins 8 semaines chez les adultes à risque accru d'infection pneumococcique (16 à 85 ans) et les adultes présentant une comorbidité (50 à 85 ans),
      • au moins 1 an chez les personnes en bonne santé âgées de 65 à 85 ans.
    • "Schéma de second choix" dans le groupe cible des "personnes en bonne santé âgées de 65 à 85 ans" : 1 dose de PPV23.
  • Revaccination :
    • Adultes à risque accru d'infection pneumococcique (16 à 85 ans) : 1 dose de PPV23 tous les 5 ans.
    • Adultes présentant une comorbidité (50 à 85 ans) : 1 dose de PPV23 une seule fois 5 ans après la primovaccination. En cas de comorbidité sous-jacente grave, une dose de PPV23 tous les 5 ans doit être envisagée.
    • Personnes en bonne santé âgées de 65 à 85 ans : aucune revaccination n'est recommandée.

 

  • Chez les personnes ayant été vaccinées uniquement au moyen du PPV23 par le passé , il est recommandé d'administrer 1 dose de PCV20, puis d'administrer le PPV23 pour la(les) revaccination(s) éventuelle(s).

  •  Chez les personnes ayant déjà été vaccinées avec le PCV13 par le passé, seul le PPV23 est recommandé (revaccination(s)).

  • Si une vaccination chez une personne âgée de plus de 85 ans est décidée, le CSS recommande le schéma proposé pour les "personnes en bonne santé âgées de 65 à 85 ans".

Chez l'enfant (calendrier vaccinal de base cbip) :
  • 3 doses (PCV13 ou PCV15) aux âges de 8, 16 semaines et 12 mois.
  • pour les prématurés (< 37 semaines), un schéma de 4 doses est recommandé aux âges de 8, 12, 16 semaines et 12 mois (avis CSS n° 9746 janvier 2023 + fiche CSS 9746)

3. Rôles du pharmacien dans la vaccination antigrippale et antipneumococcique

1. Encourager la vaccination antigrippale et antipneumococcique dans les groupes à risque ; chaque année pour la grippe

2. Prescrire le vaccin grippe

3. Combattre les idées reçues, être à l’écoute des réticences :

  • Non, on n’attrape pas la grippe en se faisant vacciner !
  • Oui, on peut avoir un rhume ou un refroidissement tout en étant vacciné.

4. Informer, conseiller lors de la délivrance :

  • Conservation : entre +2 et +8°C, au milieu du frigo, éviter la porte ou le fond
  • Effets indésirables : réactions locales (douleur au site d’injection p.ex.), réactions générales (peu fréquentes, sans gravité)
  • Efficacité : ces vaccins ne sont pas efficaces à 100% mais diminuent le risque d’infections et de complications liées à ces infections (hospitalisations, décès)

5. Distribuer et conserver les vaccins

6. Être pharmacovigilant

7. Suivre le statut vaccinal des patients (DP, DPP)